CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésDossiers emploiDécouvrir d'autres horizons

Jeunes diplômés : les chances à saisir

Les jeunes diplômés spécialisés et très qualifiés sont un peu moins affectés par la conjoncture. Malgré la crise économique, de nombreux secteurs d'activité sont demandeurs de jeunes cadres. Quant à ceux qui souhaitent différer leur entrée sur le...

+ Taille du texte -

Découvrir d'autres horizons

Par CadresOnline le | Réagir | soyez le premier à réagir

Profitez de cette période pour engranger de l'expérience, nouer de nouveaux contacts ou encore parfaire votre maîtrise d'une langue.

Partez à l'étranger

Les séjours hors de nos frontières s'avèrent salvateurs pour bien des cadres en recherche d'un premier emploi, car les entreprises cherchent surtout des profils voués à évoluer dans un environnement international.


« L'ouverture internationale et la maîtrise d'une langue étrangère sont des plus indéniables pour une entrée dans la vie active. Nous y sommes très attentifs lors de nos sessions de recrutement » déclare Jérôme Eymery, en charge du Département recrutement au sein de Areva France.

« Dans l'attente d'un premier job, un départ à l'étranger est parfois envisageable afin de peaufiner son expérience. Cependant il doit être court et constructif, au risque de perdre de vue la réalité du marché du travail français ».


Si vous êtes de nationalité française ou européenne, d'un âge compris entre 18 et 28 ans, vous pouvez bénéficier du V.I.E ou V.I.A (volontariat international en entreprise ou en administration) afin d'occuper un emploi commercial, technique ou encore scientifique à l'étranger en démarchant directement les entreprises ou en vous rendant sur le site du CIVI (civiweb.com).


Moins exotique, plus conventionnel ? Vous pouvez aussi envisager une année de césure à la fin de vos études : un stage longue durée en France ou à l'étranger dans l'optique de parfaire vos connaissances et de nouer des contacts toujours précieux en entreprise.

Devenez votre propre patron

Certains penseront à se lancer dans la création d'entreprise, car des aides existent, notamment pour les moins de 26 ans. Renseignez-vous auprès des Chambres de Commerce et d'Industrie afin d'être fixé sur le montant qui vous sera alloué, sachant que l'ACCRE est l'aide la plus distribuée car elle consiste en une exonération de charges sociales lors de votre première année d'activité.

De plus, OSEO, soutenant l'innovation et la croissance des PME, permet aux personnes domiciliées en France de percevoir des allocations à travers le PCE (Prêt à la création d'entreprise).

Le dispositif NACRE (nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise) vous octroie aussi deux types d'aides : une aide au montage du projet de création ou de reprise d'entreprise et au développement d'entreprise et une aide financière (prêt à taux zéro et sans garantie) qui doit être couplée à un prêt bancaire. Pour plus d'informations, consultez le site de l'APCE.

Si votre dossier est complet et si votre entreprise s'inscrit dans un projet innovant, les organismes de crédit vous octroieront un coup de pouce salvateur afin d'aboutir dans votre démarche.

Prenez du recul avec l'humanitaire

D'autres, enfin, préfèreront la voie de l'humanitaire dans l'attente d'une proposition d'embauche ou dans le but de trouver un emploi dans cette branche. Cependant, les salaires y sont souvent inférieurs de 30% à ceux du marché. Pourtant l'expérience peut s'avérer bénéfique : le fait de travailler en équipe, dans des conditions parfois difficiles sera considéré comme un gage de ténacité et de pragmatisme.

Le bénévolat peut aussi être une piste, certes non rémunératrice, mais dont l'activité ne cesse de se développer. Comme son nom l'indique, vous ne ferez pas fortune avec cette activité, mais elle est souvent synonyme d'un enrichissement humain, social et culturel.

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :