CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésDossiers emploiDes candidats pas assez bien préparés

Les recruteurs IT à nouveau plongés dans la guerre des talents

Après une année 2009 plutôt morose, les entreprises IT ouvrent à nouveau les vannes du recrutement. CadresOnline a interrogé lors d'une table ronde une quinzaine de recruteurs du secteur. Pour profiter de cette reprise, les candidats ingénieurs...

La pression s'intensifie sur les salaires

Malgré des besoins accrus en ingénieurs, les SSII annoncent des salaires d'embauche stables, pour l'instant.

Quand les seniors deviennent tuteurs

Les SSII rejettent la responsabilité du sous-emploi des seniors sur leurs clients trop frileux. Et mettent en avant la solution du tutorat.

Opération séduction des recruteurs IT sur les réseaux sociaux

Où les entreprises vont-elles pister les candidats qui leur manquent ? Sur le Web mais pas seulement.

Tout le monde recherche les mêmes profils

Alors que l'activité repart, les employeurs du secteur IT ont ressorti les plans de recrutement. La pénurie s'installe sur certains profils expérimentés.

+ Taille du texte -

Des candidats pas assez bien préparés

Par CadresOnline le | Réagir | soyez le premier à réagir

Les recruteurs s'agacent du manque de préparation de certains candidats. Ils regrettent aussi une épidémie de fautes d'orthographe.

« Les CV de plusieurs pages, ça ne passe pas, déclare Anne-Marie Cano (Microsoft). Il faut aller à l'essentiel mais ne pas omettre les informations les plus pertinentes, notamment la mission confiée et les réalisation ou résultats obtenus au cour de l'expérience présentée dans le CV ». Selon Claude Jeanne (cabinet Claude Jeanne Sélection), « les meilleurs candidats présentent les CV les plus clairs et les plus concis. Un bon CV doit tenir sur une page ». Pour autant, envoyer un CV isolé, même très bon, ne suffira pas. Cette pratique serait assez courante dans le milieu informatique. « Comme beaucoup de recruteurs, je ne lis pas les CV non accompagnés de lettre de motivation et d'une accroche. Cela ne fait pas très sérieux », insiste Isabelle Lefort, chargée de mission au sein de la DRH France de Sogeti.

Lettre de motivation : attention aux fautes d'orthographe

Négliger sa lettre de motivation : une erreur à ne pas commettre. Même s'ils n'ont pas affaire à des littéraires, les recruteurs de l'IT y attachent de l'importance. « Cela peut apporter une valeur ajoutée au profil, une touche supplémentaire qui permet de connaître le projet du candidat. C'est un plus, si c'est bien fait », affirme Myriam Arichi, gestionnaire RH chez Segula Technologies. Mais attention aux fautes d'orthographe qui peuvent plomber une candidature. « Plusieurs fautes dans une lettre, c'est éliminatoire, tranche Frédéric Hasselweiler (Cabinet EurXpert). Notre métier, c'est 80% d'écrit : des synthèses, des rapports, des courriers … Nous recevons beaucoup de candidatures et nous manquons de temps. C'est le genre de détail qui peut nous amener à faire une première sélection ». Pour Elodie Delin, responsable RH au sein de Cycom, « l'orthographe reflète l'intérêt que le candidat porte à sa candidature. Une personne vraiment motivée va travailler sa lettre et se faire corriger si elle n'est pas sûre d'elle-même. ». La construction des phrases et l'emploi d'un vocabulaire adéquat seront tout aussi révélateurs. « Si à 23 ans, on n'est pas capable d'exprimer par écrit une pensée cohérente, il ne faut pas s'attendre à être recruté pour manager trois ou quatre personnes de 10 ans d'expérience. Ce serait l'échec assuré », prévient Dominique Maret, Directrice du développement des RH au sein d'Altran CIS.

Entretien : arrivez bien préparé

Le manque de préparation des candidats, c'est ce qui horripile le plus les recruteurs. « Trop de candidats débarquent en entretien un peu en touriste. Quand on leur pose une question, certains nous répondent : c'est marqué sur mon CV ! », s'agaçe Thierry Lach, DRH de Strathom. Les tenues vestimentaires trop cool peuvent aussi poser problème. « Notre métier est un métier de services. Face à un informaticien dans une tenue trop décontractée, on aura des réticences sachant qu'il sera amené à travailler en clientèle. En entretien d'embauche, arriver en costume et porter une chemise repassée est un minimum. On ne sait jamais sur qui on va tomber. En clientèle, c'est pareil ». Inutile enfin de tricher sur son niveau d'anglais. « Beaucoup précisent sur leur CV anglais courant alors qu'en réalité c'est un point faible, indique Thierry Lach. Evidemment, ces candidats sont démasqués en entretien et perdent les postes visés ».

Des recommandations que les candidats pourront mettre en pratique chez Segula : « Nous organisons une journée recrutement à notre siège de Nanterre le 16 septembre prochain, annonce Myriam Arichi. Lors de cette journée « one day for a job », nous rencontrerons une centaine de candidats ».

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :