CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésDossiers emploiDoit-on dévoiler son handicap ?

+ Taille du texte -

Doit-on dévoiler son handicap ?

Par Agnès Wojciechowicz le | Réagir | soyez le premier à réagir

Au cours du processus de recrutement, les personnes souffrant d’un handicap peuvent hésiter à le révéler. S’il n’y a aucune obligation légale, qu’en est-il vraiment ?

« Souffrez-vous d’un handicap ? » Voilà une question qu’un recruteur n’a pas le droit de poser à un candidat. Car « une entreprise recrute une compétence et non un handicap », souligne Pascal Fert, directeur associé de Candicap Conseil. De plus, le handicap est couvert par le secret médical. Prendre en considération l’état de santé d’une personne au moment de l’embauche est donc discriminatoire. Mais cette discrimination peut être difficile à prouver. Car « c’est la parole du recruteur contre celle du candidat », note Lionel Thomasson, avocat en droit du travail.

Une protection supplémentaire

Le code du travail protège les salariés handicapés en leur accordant un droit au silence. Une récente décision de la cour de cassation est venue rappeler ce principe tout en apportant un élément nouveau, comme l’explique Me Thomassion : « dans cette affaire, la cour a décidé que le travailleur handicapé avait droit à quatre mois d’indemnités de licenciement s’appliquant aux salariés handicapés au lieu de deux, et ce, même s’il n’a pas informé son employeur qu’il souffrait d’un handicap. » Cette prérogative au silence ne remet donc nullement en cause l’ouverture des droits découlant du statut de travailleur handicapé.

Informer la médecine du travail

L’intéressé dispose du libre arbitre et peut choisir de révéler ou non son handicap. « La meilleure stratégie, c’est encore d’en informer le médecin du travail au moment de la visite médicale qui précède la prise de poste », selon l’avocat. Ainsi, il fera peser sur le médecin, la responsabilité de déterminer si son état de santé lui permet ou non d’occuper un poste. Tous les handicaps ne nécessitent pas d’aménagement du poste ou du temps de travail. Mais pour certains, des adaptations sont inévitables. Il convient alors d’en parler au médecin lors de la visite.

Agnès Wojciechowicz © CadresOnline – Novembre 2013

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :