CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésDossiers emploiLa pression s'intensifie sur les salaires

Les recruteurs IT à nouveau plongés dans la guerre des talents

Après une année 2009 plutôt morose, les entreprises IT ouvrent à nouveau les vannes du recrutement. CadresOnline a interrogé lors d'une table ronde une quinzaine de recruteurs du secteur. Pour profiter de cette reprise, les candidats ingénieurs...

Quand les seniors deviennent tuteurs

Les SSII rejettent la responsabilité du sous-emploi des seniors sur leurs clients trop frileux. Et mettent en avant la solution du tutorat.

Opération séduction des recruteurs IT sur les réseaux sociaux

Où les entreprises vont-elles pister les candidats qui leur manquent ? Sur le Web mais pas seulement.

Des candidats pas assez bien préparés

Les recruteurs s'agacent du manque de préparation de certains candidats. Ils regrettent aussi une épidémie de fautes d'orthographe.

Tout le monde recherche les mêmes profils

Alors que l'activité repart, les employeurs du secteur IT ont ressorti les plans de recrutement. La pénurie s'installe sur certains profils expérimentés.

+ Taille du texte -

La pression s'intensifie sur les salaires

Par CadresOnline le | Réagir | soyez le premier à réagir

Malgré des besoins accrus en ingénieurs, les SSII annoncent des salaires d'embauche stables, pour l'instant.

Le marché IT est reparti et les SSII ressortent les plans de recrutement d'ingénieurs et de commerciaux. Mais côté candidats, pas de miracle : les salaires restent stables. « On a des candidats prêts à changer d'entreprise pour augmenter leur rémunération et en face des employeurs qui ne veulent pas les payer plus, commente Claude Jeanne (Cabinet Claude Jeanne Selection). In fine, les entreprises devront lâcher du lest si elles veulent les bons profils. Les salaires vont forcément augmenter ». Pour le moment, les SSII font de la résistance. « Les sociétés de services doivent de leur côté s'adapter à la pression du marché et garder un oeil vigilant sur les rémunérations des consultants. C'est le seul moyen de pérenniser l'activité et d'assurer la gestion de carrière des ingénieurs, se justifie Damien Koch, directeur commercial chez Omnitech Informatique. L'époque où il suffisait de présenter un candidat chez un client pour gagner un contrat est révolue. Aujourd'hui il faut avoir une vraie valeur ajoutée en tant que société et consultants pour intéresser les clients ».

La surenchère ne paye pas

Même pour les profils les plus recherchés, jouer la surenchère n'est pas forcément payant. « Globalement, nos salaires sont au prix du marché. On peut éventuellement négocier avec certains experts très pointus mais pas question de tomber dans la surenchère systématique », indique Isabelle Lefort, chargée de mission au sein de la DRH France de Sogeti. Généralement, la question de la rémunération est abordée dès le début du processus du recrutement. Au moins est évoquée une fourchette de salaire. « Les prétentions salariales sont demandées dès le premier contact téléphonique, explique Elodie Delin, responsable RH de Cycom. Les candidats apprécient car on leur fait gagner du temps. Le package salariale est abordé lors d'un second entretien en face à face ».

La performance individuelle récompensée

Mais plutôt que de se battre sur les salaires d'embauche pour attirer les candidats, les SSII préfèrent mettre en avant les perspectives d'évolution salariale en fonction des performances ou du parcours du salarié.

« Grâce à nos entretiens d'évaluation, on peut récompenser la performance d'un salarié qu'il soit développeur ou en maîtrise d'ouvrage, pointe xxxxx. Nous ne sommes pas bloqués sur une grille salariale. Au manager de convaincre ensuite le client de payer plus s'il veut garder un collaborateur particulièrement performant ». Chez Segula, ce sont les passerelles possibles entre les différents secteurs d'activité de l'entreprise qui attirent les candidats. « De plus, en tenant compte de leur savoir-être, nous récompensons les salariés par des opportunités d'évolution vers des postes de pilotes d'activité ou chef de projet, et ce très rapidement » explique Myriam Arichi (Segula).

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :