CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésDossiers emploi« L'Université est un vivier qui n'est pas assez utilisé »

BTP : la pénurie touche aussi les cadres

La légendaire pénurie de ressources dans le secteur s'aggrave, en particulier pour les postes de cadres. Et pourtant la croissance du secteur se calme et le grenelle de l'environnement n'a pas encore produit ses effets sur l'emploi. Enquête,...

+ Taille du texte -

« L'Université est un vivier qui n'est pas assez utilisé »

Par CadresOnline le | Réagir | soyez le premier à réagir

Vincent Nicot, DRH Bouygues Construction en charge du recrutement et des relations écoles.

Quels sont vos principaux besoins de recrutement ?

Les profils ingénieurs représentent environ 65% de nos recrutements pour 2008. Et ce sont les postes d'ingénieurs travaux et ingénieurs d'études dont nous avons le plus besoin. En raison de la multiplication des montages de projets clé en main, l'ingénierie financière correspond chez nous à un besoin croissant. Les fonctions supports type achat, RH, juridique et gestion représentent quant à elles 30% de nos offres. Les fonctions commerciales, marginales au sein de Bouygues Construction, forment le reste de nos besoins.

Les profils cadres sont-ils difficiles à trouver ?

Oui, la pénurie est de plus en plus importante. Nous avons pourtant l'impression d'avoir tout mis en oeuvre pour y faire face. Ces derniers temps, nous nous sommes intéressés aux jeunes diplômés comme aux profils expérimentés venus d'autres secteurs d'activité comme l'industrie ou l'aéronautique. Aujourd'hui, nous nous attaquons au noyau dur de la pénurie.

Que faites-vous pour y remédier ?

Nous nous tournons davantage vers les universités. Nous avons d'ailleurs effectué un important travail d'approche. Nous savons par exemple que 268 formations en facultés sont susceptibles de nous intéresser, allant de bac+3 à bac+5. L'université représente un vivier qui n'est pas encore assez utilisé. Nous travaillons par exemple d'ores et déjà avec celles de Marne-la-Vallée, de Cergy-Pontoise ou bien encore de la Rochelle. La difficulté vient du fait que les relations avec les universités sont encore difficiles. Ces rapprochements sont encore très ponctuels, ils s'établissent au cas par cas. Nous proposons pourtant d'apporter des moyens aux formations, d'organiser des visites de chantier, de trouver des stages aux étudiants et plus encore des emplois. Pour faire face à la pénurie, nous nous sommes également rapprochés d'universités étrangères comme celles de Senghor en Egypte.

Quel bilan faites-vous du Bouygues Construction Job Search ?

Cette structure, créée il y a près de 3 ans, a pour rôle d'identifier les candidats et de les proposer à nos différentes entités. Entre 2006 et 2007, elle a permis de recruter 17% de nos cadres. Son existence est donc tout à fait justifiée. Seulement, comme ces 3 dernières années nous avons essentiellement recruté des jeunes diplômés, nous sommes maintenant plutôt à la recherche de profils confirmés. Nous devons donc absolument renforcer nos équipes encadrantes.

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :