CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésPresse emploiEtudes, sondages et enquêtes89 % des Français travaillent dans l’urgence

+ Taille du texte -

89 % des Français travaillent dans l’urgence

Par Séverine Dégallaix le | Réagir | soyez le premier à réagir

Sciforma, spécialiste des solutions web de gestion de portefeuilles de projets, et Zebaz, service d’annuaire participatif de sociétés et de coordonnées de décideurs, ont passé au crible le rythme de travail des Français. Résultats ? Près de neuf sur dix travaillent dans l’urgence.

Selon l’étude menée par Sciforma et Zebaz, les Français ne maîtrisent pas leur journée de travail. En effet, parmi les personnes interrogées :

- 89 % disent travailler dans l’urgence (67 % souvent et 22 % en permanence) ;

- 95 % estiment que leur vie personnelle est affectée par les urgences professionnelles ;

- 57 % dépassent les 35 heures de travail par semaine pour gérer les urgences ;

- 60 % se trouvent plus stressées qu’il y a cinq ans ;

- 70 % se disent plus stressées qu’il y a dix ans ;

- 84 % sont perturbées par les nouvelles technologies.

Le syndrome de la fausse urgence

De tels résultats sont d’autant plus étonnants que seulement 26 % des tâches à effectuer sont jugées comme réellement urgentes : l’étude touche du doigt un problème central, le décalage entre les vraies urgences et la pression de l’urgence induite par des modes d’organisation défaillants et une gestion uniquement à court-terme des entreprises.

La pression de l’urgence émane le plus souvent d’un client (34 %), mais seulement 16 % des tâches risquent de poser problème si elles ne sont pas menées à terme dans l’immédiat. L’étude affirme donc qu’il existe de vraies et de « fausses » urgences.

Une organisation à revoir

Pour faire face à la cascade d’urgences et d’imprévus qui jalonnent leurs journées de travail, les Français tentent de s’organiser. Ils sont 78 % à tenir une liste de tâches à réaliser. Plus de 30 % disent s’organiser pour le jour-même ou pour le lendemain. 42 % planifient leurs tâches à la semaine. Prudents, les Français réalisent en priorité les tâches pressantes avant les tâches importantes, générant ainsi un cercle vicieux où les tâches les plus importantes ne sont traitées qu’une fois devenues urgentes.

Au final, ces principes d’organisation ne sont pas très efficaces. A la fin de leur journée de travail, les Français disent n’avoir réalisé en moyenne que 43 % des tâches qu’ils avaient prévues. Seulement 19 % des Français disent « maîtriser leur organisation ». 39 % font « comme ils peuvent » et 18 % reconnaissent vivre un enfer et être « esclaves des urgences ». 24 % parviennent malgré tout à résister en ne se laissant pas « trop se laisser déborder par les urgences ».

Les nouvelles technologies pointées du doigt

Les nouvelles technologies (smartphones, messageries, réseaux sociaux…) ont été pensées à l’origine pour améliorer la productivité et le confort de travail des salariés. Pourtant, selon cette étude, les Français pensent que ces outils perturbent leur concentration et renforcent le sentiment d’urgence. En 2012, 23 % des Français disent ne pas pouvoir travailler plus de 10 minutes sans être interrompus et 67 % disent ne pas pouvoir rester concentrés plus de 30 minutes sans interruption. A la question « qu’est-ce qui vous fait perdre le plus de temps au travail ? », les personnes interrogées citent en priorité les réunions (76 %), leurs collègues (71,5 %) et les problèmes techniques (69 %).

Séverine Dégallaix © Cadresonline.com – Septembre 2012

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :