CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésPresse emploiEtudes, sondages et enquêtesLes hommes sont eux aussi stigmatisés au bureau

+ Taille du texte -

Les hommes sont eux aussi stigmatisés au bureau

Par Elodie Buzaud le | Réagir | soyez le premier à réagir

Les hommes ressentent-ils le poids des normes masculines / féminines en entreprise ? Un rapport de l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises passe au crible les témoignages d’une vingtaine de dirigeants et de cadres. Et bonne nouvelle, eux aussi en ont marre des clichés.

Etre un gagnant, ne jamais montrer de faille et appartenir au clan : des qualités nécessaires pour réussir ? Ce sont surtout des normes masculines, qui régissent le monde de l’entreprise. En découlent des stéréotypes dont souffrent les hommes. Voilà ce qui ressort du rapport publié ce 10 mai par l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises. Sylviane Giampino, psychanalyste, et Brigitte Grésy, inspectrice des affaires sociales, ont interrogé une vingtaine de dirigeants et de cadres de grands groupes (BNP Paribas, La Poste, Total, PSA Peugeot-Citroën, France Telecom-Orange…). Si ces hommes reconnaissent s’identifier davantage à leur travail que les femmes, faire l’éloge de l’investissement professionnel sans limite et de la disponibilité, certains regrettent que quitter le travail avant 19h ou prendre un congé paternité s’assimile encore à un manque d’ambition. « C’est compliqué de faire accepter certaines choses à l’entreprise. On aimerait être plus écouté », estime Alexandre Sorel, cadre chez PSA Peugeot Citroën.

Un carcan de normes qui bloque les hommes

« Si les hommes avaient voulu aller vers la sphère privée, alors ils y seraient déjà », prévient Brigitte Grésy. Mais la famille est encore trop dévalorisée dans l’entreprise. La montée des femmes qui gèrent avec brio à la fois leur carrière et leur famille, constituerait les « nouvelles qualités du leadership », estime l’inspectrice des affaires sociales, et pourrait pousser les hommes à en faire plus à la maison. « Les hommes ne sont plus prêts à tout miser sur leur vie professionnelle », conclut Sylviane Giampino. « La question de la garde alternée va faire bouger les choses car les hommes ont envie de s’occuper des enfants », indique Brigitte Grésy. Pour cela, elle propose de s’inspirer de la Norvège, référence en matière d’application du congé paternité où  90% des hommes y ont recours.

Elodie Buzaud © CadresOnline.com – Mai 2012

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :