CadremploiCadresOnlineJobfinanceJobvente
Vous êtes ici : AccueilCoachingFiches métiers & salairesConseils salairesComment lire une fiche de paie ?

+ Taille du texte -

Comment lire une fiche de paie ?

Par CadresOnline | Réagir | 2 commentaires

CadresOnline vous explique comment lire une fiche de paie. 

Pas facile de s'y retrouver, entre le salaire de base, les diverses cotisations, les éventuelles primes, ou encore les remboursements de frais. Véritable casse-tête pour les non-initiés, le bulletin de salaire est en réalité relativement facile à déchiffrer. Il se divise tout simplement en trois parties : l'en-tête, le corps et le pied de page.

Agrandir l'image

L'en-tête

La première partie d'une fiche de paie se compose des identifications de l'employeur et du salarié. Le code de l'activité, la convention collective et le numéro de cotisant URSSAF doivent figurer dans cet en-tête. De son côté, outre son nom, son adresse et son numéro de sécurité sociale, le salarié voit s'afficher l'intitulé exact de son poste et sa place dans la hiérarchie, son ancienneté dans l'entreprise, ainsi que le nombre d'heures travaillées au cours de la période concernée. Enfin, la base de calcul de la rémunération est également inscrite dans cette première partie, soit en taux horaire, soit en salaire mensuel ou annuel.

Le corps

La deuxième partie de la fiche de paie commence par la rémunération brute, c'est-à-dire avant les prélèvements et cotisations obligatoires. C'est le salaire de base, comprenant les heures rémunérées à un taux normal, ainsi que les heures supplémentaires et les horaires de nuit. Il peut également être complété d'une prime d'ancienneté, d'un treizième, voire d'un quatorzième mois, des commissions pour les métiers dans lesquels le variable occupe une place importante, par exemple les commerciaux, ou encore des indemnités de précarité dans le cas d'un contrat temporaire, comme les CDD ou l'intérim. Les absences de type congé payé, maladie, ou absences injustifiées suivent. A noter que les périodes de grèves sont mentionnées dans la case « absences non rémunérées ».
Suivent ensuite les sommes retenues sur le salaire de base. Il s'agit tout simplement des cotisations salariales et patronales et des prélèvements obligatoires. Les cotisations maladie, versées à la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés et à la Caisse régionale, assurent l'employé contre la maladie, le décès, les maladies professionnelles. La cotisation accidents du travail est calculée par la Caisse d'assurance maladie en fonction du degré de risque du poste et de l'activité de l'entreprise, elle peut donc énormément varier selon le métier.
Les cotisations pour la retraite complémentaire ne sont pas versées au même organisme selon le statut du salarié. Les non-cadres cotisent auprès de l'Association des régimes de retraites complémentaires, alors que les cadres versent leur contribution à l'Association générale des institutions de retraite des cadres. Moins connue des salariés, la cotisation AGS est payée par l'employeur. Il s'agit d'une assurance autrefois gérée par l'Assedic, désormais par Pôle Emploi, qui garantit aux salariés le paiement de tout ce qui leur est dû en cas de redressement ou de liquidation judiciaire de l'entreprise.
Les éventuelles exonérations de charges ou réductions fiscales figurent ensuite sur le bulletin de salaire. L'intitulé varie selon le cas. Il peut s'agir de l'exonération de cotisations patronales et salariales sur les heures supplémentaires ou du remboursement des frais de transport. En effet, dans la région Ile-de-France, les employeurs sont tenus de rembourser la moitié du coût des abonnements de transports en commun utilisés pour effectuer des déplacements professionnels.

Le pied de page

Les congés payés dont a profité le salarié au cours de la période couverte par la fiche de paie sont décomptés et suivis des congés restants à prendre. D'autres absences peuvent venir ensuite (congé paternité ou maternité.). En cas de paiement par virement bancaire, le numéro de compte figure vers le bas de la fiche de paie.
Arrive enfin la toute dernière case, celle que la plupart des salariés regardent en priorité puisqu'il s'agit du salaire qu'ils toucheront effectivement : le net à payer. S'il dépasse les 1 500 euros, il doit obligatoirement être versé par chèque ou virement. En règle générale, on constate que le salaire net représente entre 73 et 79 % du brut. Enfin, attention, précision importante : les salariés doivent conserver tous leurs bulletins de salaire afin de faire valoir leurs droits en cas de litige, mais aussi pour pouvoir calculer leur retraite. De leur côté, les employeurs doivent les garder pendant au moins cinq ans.

Fiche rédigée par Séverine Dégallaix

Déposez dès maintenant votre CV dans la CVthèque CadresOnline et recevez sans efforts de nouvelles opprotunités de carrière.

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Par Amerigo
Comment vérifier les déduction pour absences maladie ?
Quel ouvrage consulter ?
Merci.

Vous devez renseigner tous les champs :