CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilCoachingFiches métiers & salairesFiches métiersResponsable intelligence économique

+ Taille du texte -

Responsable intelligence économique

Par CadresOnline | Réagir | 1 commentaire

Missions

Le responsable intelligence économique effectue une activité de veille des concurrents et des évolutions techniques pour permettre à l’entreprise d’améliorer sa compétitivité.

Le responsable intelligence économique :

  • effectue de la veille stratégique concurrentielle : suivi de sites web, surveillance des entreprises du secteur… Les informations recherchées sont financières, techniques ou encore juridiques, elles sont à destination des responsables de l'entreprise.
  • anime un réseau de correspondants « veille »
  • met en place le système de gestion des informations
  • organise les activités de recherche, d’analyse et de diffusion des données
  • protège les informations de l’entreprise
  • peut traiter les problèmes de sécurité de l’information
  • voit au développement de l’entreprise et est amené à prendre des décisions stratégiques

Il doit aussi former le personnel aux méthodes de recherche et de protection des données.

Environnement

Le responsable intelligence économique travaille le plus souvent pour une entreprise ou un organisme public. Il se joint à une équipe projet et dépend de la direction générale. Le responsable intelligence économique est souvent amené à se déplacer pour assister à des événements tels que des conférences, des salons professionnels ou des colloques.

L’intelligence économique est un concept né il y a moins de quinze ans. On répertorie une dizaine de fonctions en intelligence économique. Les métiers de chargé de veille, d’analyse et de consultant en « IE » sont en cours de processus de certification. On estime qu’un responsable intelligence économique démarre avec un salaire de 38 k€.

Profil

Un goût prononcé pour les technologies de l’information est une condition nécessaire pour ce métier. Le responsable intelligence économique devra aussi posséder de la rigueur, de la méthode et des qualités de synthèse. Son sens de la confidentialité et du contact seront aussi nécessaires. La maîtrise de l’anglais est recommandée. Il devra également comprendre son environnement pour s’y adapter rapidement et se démarquer de ses concurrents. Il est possible d’occuper par la suite un poste de direction ou de conseil.

Plusieurs formations permettent d’accéder à ce poste. La majorité d’entre elles sont des Master (bac +5) spécialisés en intelligence économique, en veille stratégique ou en information stratégique. Quelques licences (bac +3) existent également.

Déposez dès maintenant votre CV dans la CVthèque CadresOnline et recevez sans efforts de nouvelles opprotunités de carrière.

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Par Patrick
L'Intelligence Economique est désormais sortie du cadre des formations spécialisées, et a fait son entrée dans d'autres univers pédagogiques : marketing, commerce, communication...

Cela correspond à une prise de conscience par les établissements d'enseignement tant publics que privés que l'Intelligence Economique est devenu l'espéranto des organisations, qu'elles soient ou non à but lucratifs.

Cependant, les organisations restent quelque peu réticentes à intégrer l'Intelligence Economique dans leur système de management.

D'abord parce que la dénomination souffre d'un manque de lisibilité.

Ensuite parce que les organisations, en période économique difficile, réduisent leur coût de fonctionnement pour optimiser leur performance économique. Et l'humain est encore perçu, dans de nombreuses entreprises, comme un coût et non comme un investissement. De ce fait, l'Intelligence Economique est perçue par les responsables RH au mieux comme une des missions confiées aux collaborateurs de l'entreprise.

Dernière observation : la collecte de données est moins une affaire de technologies (quoique la technologie soit présente) que de compréhension du besoin en informations de l'interlocuteur, qu'il soit interne ou externe à l'organisation. Et si la maîtrise de la langue anglaise est un préalable incontournable, il y a fort à parier qu'à l'horizon 2020 (et peut-être même avant) celle du chinois sera fort appréciée. Quoique il est possible de développer une veille dans des langues que l'on ne comprend pas. Cela fait partie du cadre de mon enseignement...

Vous devez renseigner tous les champs :