CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilEntreprendrePortage salarialL’autonomie : la clé d’un portage salarial réussi

+ Taille du texte -

L’autonomie : la clé d’un portage salarial réussi

Par Sandrine Guinot le | Réagir | soyez le premier à réagir

La différence entre un salarié et un salarié en portage salarial ? L’indépendance ! Si le premier exerce dans un cadre structuré, régi par des règles et des stratégies édictées par son entreprise, le second a toute la latitude pour organiser et gérer son activité comme il l’entend. Un défi en termes d’autonomie.

Les professionnels ayant opté pour le portage salarial ont le statut de salarié. Ils bénéficient d’un régime de sécurité sociale plus avantageux que celui d’un indépendant. Ils cotisent aux caisses de retraite et de prévoyance cadre ainsi qu’à l’assurance chômage. Mais ils demeurent des professionnels en freelance. « Nous avons la même pression et la même obligation de résultats qu’un indépendant, explique Frank Mroz, commercial et formateur en portage salarial depuis un an chez Dtalents. C’est à nous de nous débrouiller pour aller chercher nos clients et de les convaincre de faire affaire avec nous. Car sans eux, pas de chiffre d’affaires et donc pas de salaire ! »

Savoir gérer son agenda et déterminer ses priorités

Agent commercial depuis vingt ans, ce spécialiste de la vente « one shot », a choisi l’indépendance il y a cinq ans. Il l’a expérimentée sous différentes formes avant de rejoindre sa société de portage salarial : « indépendant, auto-entrepreneur, portage salarial… peu importe le statut, être freelance est avant tout une question d’état d’esprit, confie-t-il. Savoir être autonome est primordial. En termes de prospection par exemple, cela se traduit par démarcher dix clients potentiels quand un commercial salarié en contactera deux ou trois. » Etre proactif, savoir s’organiser, gérer son agenda et déterminer ses priorités sont également essentiels : « tous les matins, je priorise mes activités. J’ai un souci constant d’optimisation et d’efficacité sans jamais perdre de vue les objectifs que je me suis fixé en amont, un autre point capital quand on est autonome. » L’autonomie en portage salarial revêt toutefois plusieurs avantages pour le commercial : « Je peux me consacrer 100 % à mon métier. Lorsque j’ai des questions d’ordre légal ou contractuel, j’ai toujours un interlocuteur pour m’apporter des réponses. Je me sens moins seul. »

Se faire accompagner grâce au portage salarial

Quand on a exercé toute sa carrière en tant que salarié, devenir autonome peut parfois représenter un défi. « Il faut se faire connaître, aller à la rencontre des gens, assister à des salons, être réactif et saisir les opportunités, appuie Frank Mroz. Il faut dès le départ être dans l’objectif de conclure. » Afin d’aider ses consultants à organiser leur environnement professionnel de manière autonome, certaines sociétés de portage salarial ont mis en place une politique d’accompagnement. Dtalents propose notamment à tous les consultants qui le désirent, un test portant sur leurs capacités d’autonomie. Débriefé en entretien individuel, ce questionnaire n’est qu’un maillon de la logique d’accompagnement offerte par la société. « Nous mettons aussi à disposition des professionnels qui veulent démarrer en portage salarial, des outils de diagnostic, tels que la revue de projet et le cahier du consultant, qui sont ensuite analysés et complétés lors d’une séance de travail gratuite, indique Yves Roussin, fondateur de Dtalents. Nous proposons également des formations payantes sur l’autonomie aux cadres qui sont dans une démarche de mobilité professionnelle. »

Sandrine Guinot, pour Dtalents.

En savoir plus et entrer en contact avec un consultant Dtalents ?

Vous devez renseigner tous les champs :