CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilEntreprendrePortage salarialLes grands groupes intègrent de plus en plus la logique du portage salarial

+ Taille du texte -

Les grands groupes intègrent de plus en plus la logique du portage salarial

Par CadresOnline le | Réagir | soyez le premier à réagir

Le portage salarial connaît une nouvelle impulsion depuis l’accord signé en mai 2013. Grâce à ce texte, certaines grandes entreprises qui utilisaient le portage de manière parcimonieuse le considèrent maintenant comme un outil de gestion à part entière de leurs compétences temporaires.

Paraphée en mai 2013, l’extension de l’accord paritaire de juin 2010 a donné une réelle légitimité au portage salarial. En le normalisant, le gouvernement à impulsé une nouvelle tendance qui s’observe aujourd’hui au sein de plusieurs grands groupes des secteurs des services, de l’aéronautique, de l’industrie des transports ou encore du domaine de l’assurance.

Ces entreprises qui connaissaient le portage salarial pour l’utiliser de manière irrégulière ou qui regardaient ce statut avec une certaine méfiance, l’intègrent maintenant dans leurs bases fournisseurs, au même titre que les sociétés de conseil. Elles n’hésitent plus à y avoir recours notamment pour des prestations intellectuelles en informatique, en conseil en marketing, en coaching en co-développement ou encore quand elles ont besoin de compétences pointues, par exemple en Design To Cost ou en PLM (gestion du cycle de vie du produit).

 

Des contrats commerciaux adaptés

Cette nouvelle tendance prend forme par la mise en œuvre de contrats véritablement adaptés au mode d’organisation du portage salarial. En y intégrant le statut de « co-contractant », les services juridiques de ces grandes entreprises ont pris en compte les directives et les axes définis dans l’accord de mai 2013, notamment en ce qui concerne la relation tripartite qui caractérise le portage.

 

Auparavant, les contrats établis avec ces structures, prenaient la forme d’une contrat commercial avec la société de portage salarial où le nom du consultant n’était que rarement mentionné. Or, comme le stipule l’accord de mai 2013, il est fondamental que l’identité sociale du salarié porté soit clairement indiquée. Cela stigmatise bien le fait que le projet pour lequel est conclu le contrat, est le fruit d’une relation établie entre le consultant qui dispose d’une expertise et l’entreprise qui a un besoin dans ce domaine-là. Ces contrats spécifiques qui font clairement référence à l’inscription en 2008 du portage salarial au code du travail ainsi qu’aux accords de 2010 et de 2013, permettent également à ces grands groupes de se protéger juridiquement.

 

Autre point marquant : les acheteurs de ces grandes entreprises se renseignent de plus en plus sur les sociétés de portage salarial et référencent dans leurs catalogues fournisseurs, celles dont le fonctionnement, la solidité financière et le niveau de services correspondent à leurs critères. Par ce biais, ces grands groupes s’assurent de faire appel à des fournisseurs qui ne peuvent pas avoir recours à de la sous-traitance, puisque par définition un consultant employé par une société de portage est forcément un salarié. Un moyen pour eux d’éviter d’éventuelles requalifications en contrat de travail de leurs ressources externes temporaires.

 

Cette nouvelle dynamique observée depuis l’été 2013 devrait gagner en intensité dans les années à venir et permettre au portage salarial de prendre de l’ampleur au sein des grandes entreprises.

 

Yves Roussin

En savoir plus et entrer en contact avec un consultant Dtalents ?

Vous devez renseigner tous les champs :