CadremploiCadresOnline
Vous êtes ici : AccueilActualitésPresse emploiEtudes, sondages et enquêtes14% des spécialistes du recrutement en France ont écarté un candidat à cause de sa réputation en ligne

+ Taille du texte -

14% des spécialistes du recrutement en France ont écarté un candidat à cause de sa réputation en ligne

Par Microsoft le | Réagir | soyez le premier à réagir

Les internautes accordent de l’attention à leur réputation en ligne, comme le montre une étude lancée par Microsoft. Cette enquête menée aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, rend compte des perceptions des internautes et les met en perspective avec celles des professionnels des ressources humaines et des recruteurs.

Des Français concernés par leur image sur Internet

À hauteur de 69% des répondants, les Français sont nombreux à se préoccuper des effets que peut avoir leur réputation en ligne, sur le plan personnel et/ou professionnel.
L’étude souligne que les personnes interrogées s’estiment en grande majorité conscientes des conséquences que peut avoir leur réputation en ligne, notamment sur le plan de l’emploi : 77% des Français interrogés disent être conscients que des informations publiées en ligne sont susceptibles d’être prises en compte dans le cadre d’un recrutement. En Allemagne, près de neuf personnes sur dix pensent cela !
L’enquête révèle aussi que les Français sont attachés à préserver une frontière entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle : avec 86% des personnes interrogées, les Français sont aussi de loin les plus nombreux à se soucier de différentier leur profil en ligne personnel de leur profil professionnel, 61% le font même systématiquement.

Une prise de conscience qui ne se traduit pas toujours dans les faits…

De manière générale, l’étude montre que les internautes estiment avoir le contrôle de leur réputation en ligne : c’est le cas pour plus de trois quarts des Européens, et plus précisément pour 77 % des personnes interrogées en France. On monte à 83 % aux Etats-Unis.
Pourtant seule une personne sur trois en France (32%), se préoccupe systématiquement de la trace laissée au moment où elle poste du contenu sur Internet ; c’est même une personne sur 4 seulement qui se soucie cette fois de la réputation des autres, à chaque fois qu’elle publie du contenu.
Quand on les interroge sur la responsabilité en matière de protection de la vie privée, les Français sont 55% à penser qu’elle incombe aux utilisateurs mais aussi aux hébergeurs - une tendance que l’on retrouve en Europe mais de façon moins prononcée.

Parmi les outils utilisés par les Français pour gérer leur réputation en ligne :

•43% prennent le temps de sélectionner les contenus avant leur publication en ligne,

•37% paramètrent leurs profils sur les sites de réseaux sociaux notamment afinde déterminer qui en a l’accès,

•22 % suivent attentivement les commentaires des autres faits sur eux (sur les blogs, les réseaux sociaux…)

Avec les Allemands, ils sont également les plus nombreux à entrer leurs noms dans les moteurs de recherche.

Réputation et recrutement : point de vue des recruteurs

Dans le monde, parmi les professionnels RH interrogés dans le cadre de l’enquête, seul un quart d’entre eux déclare ne jamais, ou très rarement, utiliser les informations trouvées en ligne pour évaluer un candidat.
Les faits sont à nuancer selon les pays, notamment en fonction de la façon dont ces données sont intégrées dans l’évaluation des candidats : on notera par exemple que 70 % des responsables RH interrogés aux Etats-Unis ont déclaré avoir déjà écarté un candidat à cause de sa réputation en ligne ; 41 % au Royaume-Uni, 16 % en Allemagne et 14 % en France.
Ce résultat pour la France s’explique par le fait que ce type de données est moins intégré aujourd’hui comme critères-clés dans les processus d’évaluation des candidats. En effet, aux Etats-Unis, ils sont 79 % à exploiter les données en ligne sur les candidats dans les évaluations, contre 23 % des professionnels des RH interrogés en France.
Une tendance de fond se dessine cependant, à laquelle la France n’échappera vraisemblablement pas : les professionnels RH estiment qu’ils seront de plus en plus amenés à tenir compte des données en ligne. Selon l'enquête, 65 % en France pensent que la réputation en ligne sera utilisée dans les processus d’évaluation des candidats d’ici à 5 ans, 83 % aux Etats-Unis, 79 % en Allemagne et 68 % au Royaume-Uni.

[1] Etude « Online ReputationStudy » commanditée par Microsoft et réalisée par le cabinet d’études « Cross Tab Marketing Service ».

Méthodologie : entretiens, via questionnaires en ligne, menés auprès d’individus, professionnels des RH et recruteurs, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France.
Echantillon : Individus - France (343 personnes), Allemagne (334), Etats-Unis (335) et Royaume-Uni (333 personnes) ; professionnels des RH et recruteurs : France (276), Allemagne (279), Etats-Unis (275) et Royaume-Uni (276).


Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft Corporation (cotée au NASDAQ sous le symbole MSFT) est le leader mondial du logiciel pour micro-ordinateurs. La société développe et commercialise une large gamme de logiciels, accessoires et services à usage professionnel et domestique. Ceci pour permettre à chacun d’accéder à la puissance de l’informatique depuis n’importe quel endroit et à n’importe quel moment, en utilisant l’outil numérique de son choix connecté à Internet. Créée en 1983, Microsoft France emploie environ 1 400 personnes. Depuis le 1er février 2005, la Direction Générale est assurée par Eric Boustouller. Pour obtenir des informations complémentaires, consultez le site : www.microsoft.com.

www.microsoft.com

Ajouter un commentaire

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :